Panorama des outils numériques collaboratifs favorisant le partage de connaissances et de données entre scientifiques

outils numériques collaboratifs favorisant le partage de connaissances et de données entre scientifiques

Le mode collaboratif est très présent aujourd’hui dans nos vies personnelle et professionnelle. Il est en plein essor aussi dans la recherche moderne.

Des projets plus ambitieux, interdisciplinaires et plus coûteux, des articles scientifiques de plus en plus nombreux, une concurrence internationale de plus en plus féroce : les plateformes numériques de collaboration entre scientifiques peuvent répondre à des enjeux majeurs pour faire progresser la recherche.

Malgré l’efficacité reconnue de ces plateformes, beaucoup de scientifiques n’en ont pas connaissance ou sont perdus face au nombre d’outils disponibles, et préfèrent en rester à des outils de base (Excel, Word, etc.). D’où le retard que prend le domaine de la recherche sur le plan de sa transformation digitale.

Voici un aperçu des outils numériques existants au service de la collaboration et du partage entre scientifiques.

Le collaboratif en plein essor dans la recherche moderne

Selon l’UNESCO, la collaboration internationale entre scientifiques est devenue incontournable. Ainsi, toujours selon l’UNESCO, en 2014 un article scientifique sur quatre avait été cosigné par un collaborateur étranger, contre un sur cinq une décennie plus tôt.

Plusieurs facteurs expliquent cette tendance vers plus de collaboration :

  • La forte augmentation du nombre de chercheurs depuis 2008 (+21%, soit près de 8 millions de chercheurs dans le monde) ;
  • Une compétition intensifiée entre chercheurs sur la publication des articles scientifiques dans les revues les plus réputées et sur l’obtention d’un emploi dans les meilleurs centres de recherches et universités, qui eux-mêmes se livrent une concurrence féroce pour attirer et retenir les meilleurs talents ;
  • Le développement de l’open science, favorisé par internet, un mouvement visant à rendre accessibles à tous les résultats de la recherche scientifique, notamment les publications et les données de recherche.

Les outils numériques favorisent la collaboration entre les acteurs de la communauté scientifique

La collaboration entre scientifiques est donc devenue un élément indissociable de la recherche moderne.

Quels sont les outils numériques qui peuvent faciliter cette collaboration ?

Nous identifions deux grandes familles:

  • Ceux permettant de collaborer et se connecter plus facilement avec l’ensemble de la communauté scientifique ;
  • Ceux permettant de partager les données et les ressources avec l’ensemble de la communauté scientifique ;

Les outils collaboratifs

Ces plateformes collaboratives permettent de faciliter la réalisation des projets internationaux de grande ampleur, en connectant des experts et des chercheurs afin de trouver facilement de nouvelles collaborations et des retours d’expériences. Elles contribuent également à améliorer la visibilité des universités et institutions de recherche.

Voici quelques exemples de plateformes collaboratives spécialisées:

Les plateformes de partage de données et de ressources

Il existe également des outils numériques spécialisés dans le partage des données et ressources entre les divers acteurs de la communauté scientifique. En effet, au lieu de mettre au point un protocole, de tester un anticorps, de réaliser soi-même une expérience ou encore d’acheter une nouvelle machine, vous avez la possibilité d’accéder et d’utiliser les données et ressources d’autres chercheurs via des plateformes numériques.

Voici quelques exemples de plateformes:

Ce qu’il faut retenir

La collaboration est aujourd’hui un concept bien ancré dans les esprits. Il est clair désormais que la collaboration et le partage de données entre les scientifiques sont devenus nécessaires pour une réalisation optimale de projets de recherche de grande envergure. C’est pourquoi nous observons actuellement une croissance significative du nombre d’outils numériques autour de ces deux principaux besoins.